18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 03:28

Jonquière, Québec


2009 aura été une année assez mouvementée au niveau électoral en Amérique du Sud, La seule inconnue actuellement est le résultat final des élections au Chili ... La gauche réussira-t-elle à se faufiler jusqu'au palais présidentiel au deuxième tour au début de janvier prochain ? Il est encore trop tôt pour le dire.

En attendant, il faut remarquer que la gauche politique a réussi, en 2009, à se maintenir au pouvoir en Équateur, en Uruguay et en Bolivie.

Voici pour rappel ce qu'en disait le Latin Reporters.com


SANTIAGO
Lundi
14 décembre 2009




    ou 
         Frei                       Pinera   

Après dépouillement de 98,32% des bulletins de vote, les résultats diffusés par le ministère de l'Intérieur octroient 44,03% des suffrages à Sebastian Piñera, candidat de la Coalition pour le changement unissant les deux grandes familles de la droite chilienne.

A défaut de majorité absolue, il affrontera le
17 janvier en duel Eduardo Frei, arrivé en 2e position dimanche avec 29,62% des voix. Ex-président du Chili (1994 - 2000), M. Frei, 67 ans, est le candidat de la Concertation démocratique. Au pouvoir depuis 20 ans, elle réunit socialistes, démocrates-chrétiens, radicaux et sociaux-démocrates.

La présidente sortante, la socialiste modérée Michelle Bachelet, fut élue en 2005 sous la bannière de cette coalition de centre gauche. Elle n'est plus candidate, car la Constitution du Chili interdit l'exercice de deux mandats présidentiels consécutifs.

Malgré la popularité de Michelle Bachelet, la Concertation démocratique est victime de l'usure du pouvoir et surtout des divisions que cette usure favorise. Les deux autres candidats à l'élection présidentielle, éliminés au premier tour, sont en effet des dissidents du Parti socialiste, membre essentiel de la Concertation. La dissidence la plus douloureuse est celle du jeune député Marco Enriquez-Ominami, 36 ans. Il s'est classé 3e du premier tour avec un consistant 20,12%, suivi d'un ex-ministre et ex-président du Parti socialiste, Jorge Arrate, crédité de 6,21% des voix à la tête d'une coalition d'extrême gauche dominée par les communistes.


LA PAZ
Lundi
7 décembre 2009




President of Bolivia Addresses Indigenous Forum on Climate Change
Autochtone de l'ethnie aymara, Evo Morales, 50 ans, devint le premier président amérindien de la Bolivie en récoltant 53,7% des voix à la présidentielle de décembre 2005. En janvier dernier, sa nouvelle Constitution, très indigéniste, était plébiscitée par 61,5% des électeurs. Cinq mois plus tôt, en août 2008, lors du référendum dit révocatoire par lequel il mettait volontairement en jeu son mandat pour désamorcer la dérive centrifuge des riches départements orientaux, l'appui populaire d'Evo Morales se hissa à 67,4%.

Evo Morales a été réélu triomphalement dimanche 6 décembre au premier tour de l'élection présidentielle, avec 61 à 63 % des voix selon trois sondages concordants effectués à la sortie des urnes.

Ses rivaux ont reconnu leur défaite. Crédité de 23 à 25% des suffrages, l'ancien militaire et ex-gouverneur départemental conservateur Manfred Reyes Villa se classe 2e de la présidentielle, suivi de l'entrepreneur et ex-ministre de centre droit Samuel Doria Medina (7% à 10%).

Les premiers résultats officiels partiels sont attendus à partir de mardi, mais Evo Morales affirme déjà que les législatives simultanées donneraient à son Mouvement vers le socialisme (MAS) le contrôle inédit des deux tiers des deux chambres du Parlement (rebaptisé Assemblée législative plurinationale), ce qui était le principal objectif du chef de l'Etat, dont personne ne doutait de la réélection.

"Cette majorité de plus des deux tiers des députés et sénateurs nous oblige, m'oblige, à accélérer le processus de changement" du pays, lançait Evo Morales dimanche soir a des milliers de partisans en liesse massés sous le balcon du Palais présidentiel à La Paz.

Ce "changement", a-t-il expliqué, reposera sur la mise en œuvre de la nouvelle Constitution de janvier 2009, une charte radicale et complexe qui octroie une place centrale aux droits indigènes, ainsi qu'au contrôle des ressources naturelles, et qui renforce le rôle de l'Etat tout en admettant une décentralisation et divers types d'autonomies.

Si la majorité parlementaire des deux tiers du MAS présidentiel se confirmait, Evo Morales disposerait d'une toute-puissance redoutée par l'opposition et qui préoccupe aussi des observateurs indépendants. La droite dénonce un risque de dérive autocratique aussi marquée que celle du président vénézuélien Hugo Chavez, allié et mentor d'Evo Morales et de la gauche radicale latino-américaine. La rhétorique anti-libérale d'Evo Morales et ses alliances (Venezuela, Iran), restent par ailleurs suspectes aux yeux de nombre de pays occidentaux, tout comme le poids croissant du narcotrafic en Bolivie, 3e producteur mondial de cocaïne.

La majorité parlementaire des deux tiers permet notamment d'approuver -sous réserve de confirmation par référendum- la révision de la Constitution, de présélectionner les magistrats qui seront soumis au suffrage universel pour régir le pouvoir judiciaire, de lever l'immunité et d'autoriser la comparution en justice des députés, des sénateurs et du président de la République, de censurer et destituer les ministres, de désigner le Défenseur du peuple et le Procureur général et d'approuver les lois essentielles développant la nouvelle Constitution, dont la Loi cadre sur les autonomies et la décentralisation.

Dans ce contexte, des députés du MAS estiment "légitime" qu'Evo Morales, qui s'était engagé l'an dernier à ne plus se représenter à la présidence aux élections de 2014, puisse néanmoins envisager à son profit une interprétation ou une modification de l'article constitutionnel n'autorisant actuellement que deux mandats présidentiels successifs.

Le président Morales lui-même laissait planer dimanche la possibilité d'un 3e mandat, estimant que sur la base de la nouvelle Constitution plébiscitée en janvier dernier, son 2e mandat pourrait être considéré "comme une première élection".

Le conseiller spécial du Secrétariat général de l'Organisation des Etats américains, Dante Caputo, ex-ministre argentin des Affaires étrangères, s'inquiétait en novembre dernier du développement en Amérique latine d'un "présidentialisme extrême", non tempéré par le contrôle parlementaire permanent de l'exécutif qui caractérise les démocraties européennes.




MONTEVIDEO
Dimanche
29 novembre 2009





A
74 ans, l'ancien guérillero tupamaroFernando Lugo con José Mujica, Presidente electo de Uruguay, candidat du Front élargi (coalition de toutes les gauches), a remporté le 29 novembre au second tour l'élection présidentielle en Uruguay. Son adversaire, l'ancien président conservateur Luis Alberto Lacalle, a reconnu sa défaite.

Trois sondages différents effectués à la sortie des urnes octroient entre 51 et 52% à José Mujica, contre 44 à 45% à Luis Alberto Lacalle. Le reste des suffrages sont des bulletins blancs ou nuls.

Le président sortant Tabaré Vazquez, premier président de gauche de l'histoire de ce petit pays sud-américain coincé entre l'Argentine et le Brésil, a félicité le vainqueur. Tabaré Vazquez appartient aussi au Front élargi. Il ne pouvait pas se représenter, la Constitution prohibant l'exercice de deux mandats consécutifs.

Cofondateur de la guérilla urbaine des Tupamaros dans les années 60, José Mujica fut gravement blessé par balles en 1970. Il passa 14 ans en prison, avant et pendant l'entièreté de la dictature militaire (1973-1985). Il devient pour un mandat de cinq ans le second ancien révolutionnaire armé à conquérir par les urnes la présidence d'un pays d'Amérique latine, après le sandiniste Daniel Ortega au Nicaragua.

Mais il assure qu'il poursuivra la politique réformiste du gouvernement sortant, prenant pour exemple le socialisme modéré du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et se démarquant du radicalisme du Vénézuélien Hugo Chavez, avec lequel il a néanmoins de bonnes relations personnelles.



QUITO
Lundi
27 avril 2009




Presidente Rafael Correa se reunió con alcaldes de la provincia de Cañar. 12/12/2009."Nous avons fait l'histoire en gagnant en un seul tour. Je ratifie ma promesse de ne jamais frustrer les plus pauvres. Cette révolution est en marche et personne ne va l'arrêter" s'exclamait le président Rafael Correa dimanche à Guayaquil, la métropole portuaire équatorienne. Sous réserve des effets de la crise économique planétaire, sa réélection attendue à la présidence de l'Equateur pour un mandat renouvelable de quatre ans consolide le camp de la gauche radicale en Amérique latine au moment où le président des Etats-Unis, Barack Obama, se résout à une real politik dans la région.


C'est la première fois en trente ans qu'un président de l'Equateur est élu dès le premier tour. Pour les 10,5 millions d'électeurs Equatoriens, sur une population totale de 14 millions d'habitants, le vote obligatoire était à la fois présidentiel, législatif, provincial et municipal. Pour la première fois aussi, les urnes étaient ouvertes aux jeunes dès 16 ans, aux policiers, aux militaires et aux étrangers résidant légalement en Equateur depuis plus de cinq ans.(...)

Pratiquement inconnu en 2006 lorsqu'il conquit son premier mandat présidentiel, écourté et aujourd'hui renouvelé pour cause de nouvelle Constitution, Rafael Correa, économiste et ex-ministre de l'Economie de 46 ans formé aux Etats-Unis et en Belgique (Université catholique de Louvain), a remporté en moins de trois ans cinq rendez-vous consécutifs avec les urnes (deux élections présidentielles, l'élection de l'Assemblée constituante et deux référendums, l'un pour autoriser la convocation de l'Assemblée constituante et le second pour ratifier la nouvelle Constitution qu'elle élabora).


Les élections présidentielles à venir...
 

Argentine
Delegación de Argentina con la Presidenta Cristina Fernández de Kirchner

Présidente actuelle :
Christina Kirchner
Élections présidentielles : 2011




Brésil

Luiz Inacio Lula da Silva, 2003
Président actuel :
Lula da Silva (gauche - ne peut se représenter pour un troisième mandat)
Élections présidentielles : 2010



Colombie

Visita presidente Uribe 8 (13/10/09)
Président actuel :
Alvaro Uribe (droite)
Élections présidentielles : 2010



Paraguay

Fernando Lugo durante la Cumbre del Mercosur

Président actuel :  (gauche - un seul terme de 5 ans)
Élections présidentielles :
 2013




Pérou

Alan Garcia

Président actuel :  (gauche)
Élections présidentielles : 2011




Venezuela

Chavez on TV 101_5046-Edit
Président actuel : Hugo Chavez (gauche - mandat de 6 ans
)
Élections présidentielles : 2013



 

Repost 0
Publié par JacquesB de Jonquière (Québec) à 09:50 - dans Amériques - Infos
commenter cet article

Mon Blogue

  • : Au sud des Amériques !
  • Au sud des Amériques !
  • : J'ai toujours dit qu'un voyage, on le faisait trois fois : d'abord en le préparant, puis en le réalisant, enfin en se le remémorant ou en le racontant aux autres. C'est ce que je veux faire avec ce blogue : raconter ces trois moments differents de mes voyages en Amérique du sud.Je vous invite donc a me suivre dans ma tournee du Sud des Amériques... D'abord au Pérou, en Bolivie et en Équateur (2002), puis au Chili, en Argentine et en Uruguay (2005)... En attendant de compléter le circuit.
  • Contact

Vous Cherchez...

Mes Articles Récents

  • Mes coups de coeur chiliens...
    Jonquière, Saguenay BON VOYAGE AU CHILI ET À L'ILE DE PÂQUES ! À la différence des pays visités dans mon voyage précédent, l'Argentine, le Chili et l'Uruguay ne provoquent pas de gros choc culturel : on se retrouve entre "blancs", dans une société tout...
  • Québec (4) ... Leonard Cohen, un grand Québécois anglophone
    Jonquière, Québec Après quelques jours de digestion du fabuleux spectacle que nous a offert Leonard Cohen au Colisée de Québec, je n'ai pu m'empêcher de me promener dans son vaste répertoire présent sur Youtube. Et je n'ai pu m'empêcher aussi de partager...
  • Canada (1) ... En Argentine et au Québec avec Loreena McKennitt
    Jonquière, Québec Septembre 2013 Lac Nahuel Huapi à Bariloche (Argentine) C'était en février 2006 à Bariloche en Argentine . J'en étais aux derniers jours de ma tournée en "zig-zags est-ouest" du sud de l'Argentine et du Chili , juste avant de remonter...
  • Italie (1) ...Tous les soleils, un superbe film et des musiques du sud italien
    Jonquière, Québec Lundi dernier, le ciné-club de Jonquière m'a fait découvrir le superbe film français de Philippe Claudel, Tous les soleils, et par la même occasion, la musique du sud de l'Italie, la tarentelle. Après des heures de voyage musical dans...
  • Des musiques pour la paix ... Playing for Change
    Jonquière, Québec Le web peut nous offrir du bon comme du moins bon. Voici ce que le web, par l'intermédiaire de Youtube, est capable de produire de mieux. C'est un ami qui m'a fait découvrir le groupe Playing for Change . Playing for Change est un projet...
  • Québec (2) ... Chloé Sainte-Marie, québécoise et métisse, aimante et aidante
    Jonquière, Québec J'étais dans mon auto et j'écoutais Radio-Canada. Et une chanson s'est peu à peu infiltré en moi... C'est par cette chanson que je suis entré dans l'univers de Chloé Sainte-Marie. Le monde de Chloé...Gilles Carle et Joséphine Bacon Chloé...
  • Un an en Amérique du Sud (3) ... Coût de mes deux voyages de 6 mois
    Jonquière, Québec Après avoir détaillé les postes budgétaires importants de tout voyage dans mes articles précédents, voici une synthèse des coûts de mes deux (2) voyages en Amérique du Sud. Cette synthèse, je l'ai divisée en trois sections : d'abord...

Pour préparer votre voyage...



 
 
Québec
Bolivie * Chili * Paraguay * Pérou


Argentine * Brésil * Guyanes * Uruguay



Colombie * Équateur



Venezuela
































Vos visites...

 

Depuis le 13 juillet 2008, vous avez été

 

 

à me rendre visite

et vous avez consulté

plus de   110 413   pages


 

outils webmaster


 

Au  31  décembre  2015


 

  50 096  visiteurs durant 2 227  jours


 

* Vous avez donc effectué  23  visites par jour...

 

* et vous avez consulté  50  pages/jour.  



*****

Parmi les 206 textes déjà publiés,
voici ceux qui ont été les plus consultés
ce mois-ci